Le nom du village

Génis est un village très ancien dont la construction est antérieure au 5eme siècle de notre ère. L'origine de son nom serait tirée du latin Genicus pour évoluer vers Genesius et Genitz en 1362.

 

Un saint à Genis

Les premières traces historiques portées à ma connaissance, relatent la naissance d'un saint qui naquit à Génis en l'an 465. Ses parents étaient d'origine Espagnole. Ceux-ci fuirent Saragosse et les persécutions que subirent les chrétiens Espagnols pour se réfugier à Genis. Lors de son baptême, quelques semaines après sa naissance, alors que son parrain désirait le nommer Eugène, l'enfant se serait écrié très distinctement qu'il voulait s'appeler Eusice, Eusice signifiant "désir de faire le bien". Devenu moine supérieur d'un monastère Berrichon, il reçu Childebert, Roi Franc, et lui prédit la victoire lors de sa future campagne guerrière en Espagne, prédiction qui se réalisa. Childebert était le fils de Clovis et régna de 511 à 558. La légende veut que Eusice ait le don de guérir les maux de gorges et que sa chaise avait le don d'arrêter les crues du Cher.

 

Le château de Moruscle

Au bord du Dalon (petit ruisseau affluent de l'Auvèzere) fut érigé au 9eme siècle le château de Moruscle. Sa construction fut certainement motivée par l'invasion de la Normandie par les Vikings. Face à l'incapacité des rois de France à les protéger des Vikings, les seigneurs prirent l'habitude de se retirer derrière leurs forteresses et tirèrent partie de cette incapacité pour se soustraire de plus en plus à l'autorité royale déjà bien chancelante. Cette forteresse était bâtie sur une butte, en bordure de ruisseau, lequel reçu une digue afin d'en élever le niveau de l'eau et ainsi former une espèce d'îlot rendant l'assaut des remparts périlleux. La forteresse qui pouvait héberger tout au plus 60 hommes de guerre, dut atteindre son apogée durant la guerre de cent ans contre les Anglais. En effet l'Aquitaine fut sous le joug Anglais durant cette période trouble, et Génis se situait en plein sur ce que nous appellerions aujourd'hui la zone de front. Les querelles guerrières des deux peuples conduirent Moruscle à changer dix fois de suzerain en cent ans. Quelques noms parmi les plus illustres de cette époque enrichissent l'histoire du château de Moruscle: Bertrand de Born; Richard cœur de lion; Edouard III d'Angleterre, Jean de Bretagne etc... Le château, occupé par une forte garnison Anglaise, fut rasé en 1430 par Jean de Bretagne. Les éboulis provenant du pan de mur rocheux qui jouxtaient l'ouvrage et la végétation ont quasiment effacé aujourd'hui toute trace de l'ouvrage.

 

L'abbaye du Dalon

En 1114 fut fondée l'Abbaye du Dalon, par un nommé Géraud de Sales. Les religieux jouissaient de la propriété de la grange de Fougeyrollas. Une grange à cette époque est une exploitation agricole qui groupait autour du bâtiment d'exploitation, d'élevage et de stockage des récoltes, les terres appartenant l'Abbaye. L'expansion de cette grange fut le fruit de la générosité des personnalités locales, qui très pieuses donnèrent des terres aux religieux de l'Abbaye. Aujourd'hui il ne reste trace de ces constructions et Fougeyrollas n'est plus qu'un hameau bâtit sur un filon de quartz, entouré de terrains argileux et lourds, résultat de l'altération des schistes.

 

L'église

L'église est sans doute très ancienne, si l'on en croit son style roman. Elle mesure 26m de long et 7 de large. De part et d'autre de la nef, se situent deux chapelles, l'une dédiée à saint Joseph et l'autre à la Vierge. A l'origine le clocher devait abriter quatre cloches. Deux d'entre elles servirent à la fonte de canons lorsque la patrie fut déclarée en danger en 1792. La plus petite des deux restante, pesant 800 livres, porte la date de 1592 et date de l'époque contemporaine à Henri IV. La plus grosse est datée de 1652 et fut offerte par les seigneurs de Genis. Les seigneurs de Génis habitèrent le petit château situé à proximité immédiate de l'église.

 

Génis et la révolution

Génis ne resta point à l'écart des bouleversements qu'engendrèrent les heures glorieuses de 1789. En 1790, ce petit village devint chef-lieu de canton et le siège d'une justice de paix. Ce canton initialement adjoint au département de la Corrèze et qui sur pétition de ses habitants fut rattaché à la Dordogne en 1793, comprenait 7 communes: Génis; Salagnac; Saint Mesmin; Anlhiac; Cherveix-Cubas; Boisseuilh et Sainte-Trie. Le 7 Vendémaire de l'an X (1801); le canton éclata et Génis redevint une simple commune. Le prêtre de l'époque refusa la Constitution civile du clergé et ne fut réintégré qu'en 1808, après avoir adhéré au Consulat. Le Sieur Yrieix Pichon remettra à Paris en Août 1793 le procès verbal de l'Assemblée primaire réunie à Génis le 5 Août portant sur l'acceptation de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen et de l'acte constitutionnel.

 

Le XXeme siècle.

Là, nous entrons de plein pied dans l'histoire contemporaine, celle qui est gravée aux frontons de la mairie et de l'école publique, celle à jamais indélébile, inscrite sur le monument aux morts. C'est la première guerre mondiale, durant laquelle 63 Génissois firent don de leur vie à la patrie.

Consécutivement à cette période de trouble fut construite une cité dédiée au "blessés du poumon", et notamment où furent soignés de nombreux tuberculeux: Clairvivre. Cette cité voisine de Génis existe encore aujourd'hui et est un des principaux moteur économique des environs de Génis. Clairvivre, avec la disparition de la tuberculose fut transformée en Centre d'Aide par le Travail (CAT) et centre de réinsertion professionnelle pour adultes, ces établissements publics sont encore en activité aujourd'hui.

Le XXeme siècle, c'est la deuxième guerre mondiale avec sont lot de prisonniers, 5 à 6 ans d'entracte dans une vie familiale, des êtres marqués à jamais dans leur cœur et leur chair, ses morts aussi, au front, en captivité, dans le maquis. La Dordogne et notamment Génis fut un foyer très actif de jeunes gens, qui épris de libertés, alimentèrent en grand nombre les rangs de la Résistance à l'occupant. La configuration accidentée du relief de la vallée de l'Auvézere fut un terrain propice à la vie clandestine des "maquis". L'armée secrète de la Dordogne s'articulait principalement autour de deux groupes armés: la brigade RAC et le bataillon Violette, qui contribuèrent ardemment à bouter l'envahisseur dehors. La cité de Clairvivre dotée d'une importante infrastructure médicale accueillera l'équipe médicale de l'hôpital de Strasbourg alors exilée, avec à sa tête le professeur Fontaine. Ainsi de nombreux blessés de guerres purent avoir la vie sauve. La légende veut que les Allemands croyant la cité encore occupée par des tuberculeux, n'osèrent pas s'y rendre. Le jour des rameaux, Génis reçu la visite malvenue des SS qui commirent des atrocités dans les fermes et villages alentours, mais pas dans le village même.

La vie au cours de la deuxième moitié de ce siècle s'écoula plus paisiblement, l'agriculture et l'élevage régissant le rythme de vie des Génissois. Des gens de valeur s'attachèrent à briser la monotonie de la vie à la campagne en organisant les fêtes annuelles, de nombreuses manifestations sportives ayant pour sujet les sports nature, le cyclisme, etc... Des clubs en tout genre (foot, rugby, pétanque, lecture, théâtre amateur, radio amateurs, etc...) naquirent et animèrent le village en cette fin de ce siècle.

 

Le XXIeme siécle

L'exode rural a commis ses méfaits, et il faut avouer que Génis s'est lentement dépeuplé le siècle passé. Le dernier recensement fait état de 498 âmes résidant encore dans mon cher village natal. Son principal problème est l'enclavement dont il est victime, quoique l'état du réseau routier ne cesse de s'améliorer grâce aux efforts incessants du département. Dans le village même, la présence de tous les commerces indispensables contribuent à rendre la vie facile sur un plan matériel. Genis dispose d'une épicerie, de deux boucheries/charcuteries, de deux hotel-restaurants, d'un bar, d'un traiteur, d'une boulangerie et d'un bureau de poste. La facilité d'accès au soin est assurée grâce à un docteur et une pharmacie.

C'est un endroit où il fait encore bon vivre et la venue de nouveaux habitants souligne le fait que Genis a encore beaucoup d'atouts pour séduire les amoureux de la campagne et des vacances au soleil...

                                           ACCUEIL